août « 2009 « Copywriting Gratuit Aide et Secrets

Archive pour août 2009

“Grand nom” Copywriter : Victor O. Schwab

Lundi 31 août 2009

Né à Hoboken, dans le New Jersey, en 1898, Victor O. Schwab a dit une fois de lui-même qu’il était un « adorateur de la bière », faisant référence à ses origines allemandes. Il quitta le lycée et s’essaya au travail de secrétariat et sténographie.

Dans un de ses livres, paru en 1962, Schwab qualifia ses premières expériences professionnelles de  « monotones, ennuyeuses et peu lucratives ». A 19 ans, il s’inscrivit aux cours de soir à l’Université de la Colombie où il fit connaissance avec Maxwell Sackheim, qui à l’époque était directeur de la publicité chez Ruthrauff et Ryan, une des plus importantes agences publicitaires pour la vente par correspondance en ce temps.

Puisque Schwab maîtrisait la sténographie, Sackheim l’employa comme secrétaire personnel et il devint bientôt un « merveilleux copywriter pour la vente par correspondance ».

En 1928, Schwab et son associé Robert Beatty reprirent l’agence Sackheim et Scherman quand Scherman et Sackheim décidèrent de la fermer. L’agence fut renommée plus tard Schwab et Beatty. Il quitta l’agence en 1962 et se retira à Torremolinos, en Espagne.

Schwab a toujours cru que « la fonction principale des mots était de vendre et que les thèmes qui ne touchent pas immédiatement les gens ne risquent pas de produire de meilleurs effets avec la répétition ».

Ses titres étaient toujours pertinents et incitaient le lecteur à lire le contenu de l’annonce. Des exemples tels que « Le secret de la popularité, » « 67 raisons pourquoi ça vous aurait rapporté d’avoir répondu à notre annonce il y a quelques mois, » et « Comment une nouvelle découverte a rendu belle une fille quelconque. »

Schwab aimait également partager ses vues avec les autres. Dans le discours qu’il a tenu à la promotion du journal de New York en 1940, il révéla que les annonces pour la vente par correspondance qui sortent dans l’exemplaire du dimanche sont plus efficaces que celles qui paraissent les jours de la semaine. Il dit aussi que la publicité sur la dernière page des magazines a toujours de meilleurs résultats.

Dans sa série de cinq articles intitulée « Comment rédiger une bonne publicité», parue dans l’Encre des imprimeurs en 1941, Schwab a présenté une formule de copywriting en 4 étapes:

  • La première enseignait aux copywriters comment écrire une annonce qui attire l’attention des lecteurs.
  • Le deuxième article disait aux copywriters de « montrer aux gens un avantage » dans le contenu de la copie.
  • Le troisième disait aux rédacteurs de fournir un énoncé positif sur « ce que votre produit apportera aux gens. »
  • Le quatrième article conseillait aux copywriters de convaincre les prospects de « saisir » les avantages que le produit leur offre.

En bref, les copywriters instruits par Schwab « invitent à l’action » dans l’annonce.

Walter Weintz, un ancien directeur de publicité chez Reader’s Digest, a dit une fois que Schwab était « un pionnier de la recherche publicitaire moderne ». Il a été engagé pour mesurer l’efficacité de la publicité en termes de ventes réelles, en utilisant des codes de bons-réponses.

L’agence plaçait un bon de commande avec un code, dans chacune de ses annonces. Une fois le bon retourné, on pouvait dépister de quelle annonce il provenait. L’agence enregistrait également les numéros sur des fiches réglées.

Ces codes de bon servaient à déterminer les résultats par titre et mesurer l’effet produit par les textes, la mise en page, et les actions de clôture. Schwab disait, « nous utilisons les rapports des résultats enregistrés sur ces fiches ‘d’anamnèse’ et nous les consultons comme indications à suivre dans la préparation d’une nouvelle annonce et l’achat d’un nouvel emplacement ” (Schwab, 1942).

Commerçant ou Artisan en crise ? Essayez ca !

Mercredi 26 août 2009

Aujourd’hui plus que jamais, le monde traverse une crise
économique, qui ne semble épargner aucun pays du monde.

Frappant de plein fouet les banques, le secteur automobile,
la crise n’a pas épargné le secteur de l’artisanat et les
“petits” commerces.

Malgré ce tableau sombre, certains ont compris que la
“crise” financière actuelle offre en fait pour eux une
opportunité extraordinaire de faire des profits
avec un secret bien gardé!

Alors qu’en temps de crise, il paraît normal de penser que
toutes les entreprises vont réduire leur budget de “publicité”
pour faire des économies, l’expérience des précédentes crises
et les études du marché ont démontré que les entreprises qui
font plus de publicité quand tout va mal, s’en sortent beaucoup
mieux que celles qui économisent sur leur budget de publicité.

Oui, Pour réussir dans n’importe quelle activité commerciale ou
artisanale, il faut apprendre à persuader le client, à susciter son
intérêt et sa curiosité, à créer l’émotion qui le poussera à
commander votre produit ou service.

Mais une formation actuelle à un métier se concentre sur l’essentiel
et laisse le copywriting de coté.

C’est à travers les mots que vous réussirez.

Réussir à amener un visiteur à s’arrêter un certain temps sur
votre vitrine, puis dans votre magasin, à susciter son intérêt
puis le convertir en acheteur, nécessite la connaissance du
copywriting.

Donc, il est important de savoir qu’il y a une puissance dans
les mots et dans la rédaction de vos textes ou paroles.

Le Copywriting est donc l’une des compétences les plus
recherchées par des centaines d’entreprises, et la demande
va encore s’accroître dans les prochaines années à venir !

Le Copywriting est  une

“ARME PUISSANTE ET SECRETE”

et de plus en plus d’entreprises vont devoir recruter des
bons copywriters, pour booster leur vente.

Une méthode complète existe en Français, en quelques jours
vous arriverez à de bonnes performances.
Au bout de quelque temps, vous allez ’sourire en regardant
ceux qui ne réussissent pas’ car vous aurez le secret:

Le secret de la réussite!

Se former à cette science et à cet art, est l’un des meilleurs
investissements que vous pouvez faire pour garantir votre
succès à long terme, dans le Marketing commercial.

couverture lettre qui vend christian godefroy

Cliquez sur l’image.

Protégé : “Copiez Ça et vous aurez la vie d’un Millionnaire” - Squeeze page Titre

Mardi 25 août 2009

Cet article est protégé par mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


“Grand nom” Copywriter : Maxwell Sackheim

Lundi 24 août 2009

Né en 1890 à Kovna, en Russie, Maxwell Byron Sackheim n’a jamais aimé l’école. Cependant, lorsque sa mère lui offrit les œuvres complètes de Shakespeare pour son 16ème anniversaire, tout changea pour lui et il commença à apprécier les bons livres et l’écriture.

Il débuta sa carrière dans la publicité en tant que garçon de bureau et coursier à l’agence Long-Critchfield à Chicago, où sa famille s’était installée. Il a écrit sa première annonce publicitaire en 1906 pour l’éparvin destiné à soigner les chevaux, produit par Kendcall, société de médicaments vétérinaires.

Comme l’entreprise reçut alors plein de commandes des marchés agricoles, Sackheim continua à rédiger des annonces publicitaires pour des produits agricoles – surtout pour la vente par correspondance- tels que les colliers de cheval, les épandeurs d’engrais, les incubateurs et les extracteurs de souches.

Il travailla comme assistant du directeur de la publicité chez Sears, Roebuck et Cie en 1913, rejoint J. Walter Thompson en 1914, et Ruthrauff et Ryan en 1915, où il retrouva son associé de l’agence publicitaire Sackheim et Scherman, Harry Scherman. Il rentra dans l’entreprise Brown Fence et Wire à Cleveland, Ohio, comme directeur de publicité, suite à Harry Scherman, et il vendit leur agence. Sackheim resta chez Brown Fence jusqu’en 1944 et en devint le président.

Il fonda sa propre agence, Maxwell Sackheim et Cie, en 1945, une année après son retour à New York. A sa retraite, en 1960, Sackheim s’installa à Clearwater, en Floride où il est mort en 1982 à l’âge de 92ans

Penseur créatif il inventa un certain nombre de concepts publicitaires connus dans l’histoire de la publicité pour la vente par correspondance. Certaines de ses U.S.P. les plus célèbres incluent le « Club du meilleur livre-du-mois » et le « L’option négative. »
Le premier était issu de la Petite bibliothèque en cuir, développée par Sackheim et Scherman. Ils offraient un ensemble de 30 livres reliés en simili-cuir aux prix de $2.98 par courrier. Le titre de l’annonce disait : « NE NOUS ENVOYEZ PAS D’ARGENT ! » Les deux projets ont vendu 40 millions de livres par correspondance en trois ans.

En 1926, ils formèrent le Club du Livre-du-Mois pour vendre des livres aux abonnés. Cependant, les affaires ne marchèrent pas très bien au début : beaucoup de livres furent retournés ou décommandés. Les associés décidèrent de changer de plan, et c’est comme ça que naquit le « L’option négative».

Dans son livre « Marketing à un milliard de dollars », Sackheim dit que le « L’option négative» fut lancé avec l’idée de «vaincre la résistance du prospect à commander des articles qu’il avait l’intention d’acheter mais qui, du fait d’un retard quelconque, de l’inertie ou de tout autre chose, était reporté jusqu’à ce que l’achat fut entièrement oublié».

Ainsi, ils décidèrent qu’ils devaient renseigner les abonnés par avance sur le livre sélectionné, leur en donnant une description détaillée et leur accordant un délai de réponse de deux semaines. Si les abonnés ne leur répondaient pas « non » dans ce délai, ils présumaient qu’ils voulaient dire « oui » et leur envoyaient le livre. Cette idée a fait de beaucoup de sociétés de vente par correspondance des entreprises multimillionnaires.

Vidéo Séminaire par Ted Nicholas - Copywriting “Million Pound”

Samedi 22 août 2009

Ted Nicholas, copywriter multi-millionaire explique
à une classe de 50 étudiants pourquoi il aime donner
tous ses secrets.
Vidéo extraite de “Million Pound Copywriting”

Protégé : Apprenez à construire des accroches captivantes - 9

Jeudi 20 août 2009

Cet article est protégé par mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


“Grand nom” Copywriter : John E. Kennedy

Mardi 18 août 2009

Né au Canada et ancien policier canadien, John E. Kennedy est indiscutablement l’un des plus grands pionniers de la publicité moderne. Il a modifié en 1905 le paysage publicitaire avec cette définition simple :
” le copywriting n’est rien d’autre que la vente sur papier ”

Copywriter indépendant jusqu’en 1904, Kennedy a été employé par Albert Lasker à la succursale de la société Lord & Thomas de Chicago grâce à un petit message qu’il avait envoyé à Lasker, en ce temps jeune associé de l’agence : « Je peux vous dire ce qu’est la publicité. »

Kennedy est resté dans la société un peu plus de deux ans et a contribué à faire grimper en flèche le volume des ventes qui sont passées de $2.5 millions à $3.2 millions juste avant qu’il ne quitte l’agence.

Il a continué à travailler comme copywriter pour un certain nombre d’autres entreprises, mais il a eu ses plus grands succès en travaillant en freelance pour des sociétés telles que Ethridge-Kennedy Company et Lord & Thomas.

B.F. Goodrich lui payait la somme stupéfiante de $20.000 par an (plus d’un million actuel) pour un travail à temps partiel.
En tant que copywriter en chef de L&T, Kennedy a tout appris sur les affaires de ses clients, a développé leurs points forts et les tests publicitaires. Sa définition innovante de la publicité, la sobriété caractéristique de la conception graphique, sans fioritures inutiles, de ses annonces et ses textes clairs et directs, constituaient son cachet particulier.

Dans « Les fabricants de miroirs », Stephen Fox écrivait qu’à la différence de la plupart des publicitaires de l’époque, Kennedy considérait l’annonce idéale comme un « outil de vente simple et rationnel» qui n’est pas censé être « charmant ou amusant ou nécessairement agréable à l’oeil »

Plus important encore, il croyait à l’intelligence fondamentale des consommateurs et a résumé sa méthode de copywriting dans des ouvrages aujourd’hui introuvables.

Ses méthodes ont influencé des copywriters aussi célèbres que Rosser Reeves et Claude C. Hopkins. Fox écrivit plus tard que le modèle de Kennedy était « le fondement même de toute bonne publicité »

Protégé : 19 Utilisations du Marketing direct pour le Consommateur

Lundi 17 août 2009

Cet article est protégé par mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


Protégé : Apprenez à construire des accroches captivantes - 8

Dimanche 16 août 2009

Cet article est protégé par mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :


Protégé : 12 Techniques Gagnantes en marketing direct pour votre entreprise !

Samedi 15 août 2009

Cet article est protégé par mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :